Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

A la segmentation disciplinaire académique imposée par l’éclatement des sciences, il fallait opposer un lieu où se croisent, se côtoient et échangent chercheurs et cliniciens, fondamentalistes des sciences dures ou de la biologie et enseignants-chercheurs des sciences humaines, philosophes et historiens impliqués dans un même objet d’étude.

A l’instar d’autres instituts thématiques (l’Institut du cerveau et de la moelle épinière; L’Institut de recherche contre les cancers de l’appareil digestif; l’Institut de la vision;…), la création de l’Institut Faire Faces, dévolu à la défiguration, s’est imposé à qui se devait d’aller au delà de la première greffe de visage qu’il avait entreprise. Financement et terrain acquis à proximité immédiate d’un centre de soins, il restait à penser un bâtiment, une architecture qui répondît tout à la fois à une esthétique des lieux et aux contraintes techniques qui s’imposaient, à l’esprit qui animait ce projet, forum ouvert prompt aux débats et à la rigueur scientifique des travaux qui y seront menés, espace clos et tout à la fois ouvert au monde: bâtiment intelligent.

Tel fut le cahier des charges soumis aux programmistes à deux reprises (2011 et 2014). Accord établi, il fallut alors mettre en concurrence architectes et maîtres d’oeuvre. 66 projets nous ont été proposés parmi lesquels il fallut en sélectionner trois, puis un Lauréat. IFF ne sera plus désormais utopie.

Le cabinet lauréat du concours est AS.Architecture-Studio.

Vue de l'entrée
Perspective du bâtiment
Perspective intérieure