#Derrierelesmasques: un visage qu’on cache

Les masques, le confinement…une réalité pas très agréable, dont on préférerait tous se passer. Pourtant, il y a des personnes pour lesquelles les dernières semaines ont été un soulagement.

L’obligation de rester à la maison et de sortir masqué leur a permis de se protéger de nos regards insistants, et souvent également des réflexions et des moqueries cruelles

Se cacher derriere les masques
Se cacher derriere les masques

#Derrierelesmasques: un visage qu’on cache

Les masques, le confinement…une réalité pas très agréable, dont on préférerait tous se passer. Pourtant, il y a des personnes pour lesquelles les dernières semaines ont été un soulagement.

L’obligation de rester à la maison et de sortir masqué leur a permis de se protéger de nos regards insistants, et souvent également des réflexions et des moqueries cruelles

#BASLESMASQUES
text

La patiente souffrait d’une malformation vasculaire au visage.

#Derrierelesmasques: la défiguration

Ces personnes souffrent d’une défiguration. On estime qu’une personne sur 111 en est atteinte: malformations congénitales, tumeurs au visage, cicatrices et séquelles suite à un accident. La défiguration peut toucher tout le monde, n’importe quand.

Au delà des séquelles esthétiques, la défiguration a un impact fonctionnel et psychologique important: impossible de mastiquer, d’avaler, de parler, d’exprimer des émotions avec son visage. Ces personnes s’isolent, se confinent pour éviter nos réactions et plus d’un tiers d’entre elles souffrent de dépression.

#Derrierelesmasques: la recherche

C’est pour les aider que l’Institut Faire Faces existe.

L’association, créée en 2009 par le professeur Devauchelle, auteur de la première greffe de visage, investit dans la recherche pour “réparer les visages”, en développant de nouvelles approches diagnostiques, thérapeutiques et chirurgicales.

L’Institut milite également pour changer le regard que la société porte sur les personnes qui présentent un handicap facial.

3 ans apres la greffe

La patiente, 3 ans après la greffe de visage.

 3 ans apres la greffe

La patiente, 3 ans après la greffe de visage.

#Derrierelesmasques: la recherche

C’est pour les aider que l’Institut Faire Faces existe.

L’association, créée en 2009 par le professeur Devauchelle, auteur de la première greffe de visage, investit dans la recherche pour “réparer les visages”, en développant de nouvelles approches diagnostiques, thérapeutiques et chirurgicales.

L’Institut milite également pour changer le regard que la société porte sur les personnes qui présentent un handicap facial.

Soutenez l'Institut Faire Faces

#Derrierelesmasques, c’est une opportunité de soutenir les personnes qui présentent un handicap facial.

En partageant #Derrierelesmasques autour de vous et en faisant un don à l’Institut Faire Faces, vous faites avancer la recherche et les mentalités envers le handicap facial.

Soutenez l'Institut Faire Faces

#Derrierelesmasques, c’est une opportunité de soutenir les personnes qui présentent un handicap facial.

En partageant #Derrierelesmasques autour de vous et en faisant un don à l’Institut Faire Faces, vous faites avancer la recherche et les mentalités envers le handicap facial.